lundi 25 juin 2012

LES ASCENSEURS DE THIEU

video


Dans le cadre des activités du club, nos « reporters » du CGA sont allés en Belgique, à la découverte de l’un de ses patrimoines les plus impressionnants (d’ailleurs classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO), le canal du centre historique, qui comprend l’ascenseur funiculaire de Strepy-Thieu et le plan incliné de Ronquières. Des ouvrages saisissants à tous les niveaux. Mais regardons-les d’un peu plus près…
Pour acheminer le charbon extrait dans la région de Charleroi, il fallait édifier un canal reliant les bassins de la Meuse et de l’Escaut. Mais, sur le tracé, il y avait Ronquières où les terres présentaient un dénivelé de 68 mètres (près de 100 m dans la région voisine de Thieu dont on reparlera). D’où la  nécessité d’imaginer un ouvrage pouvant effectuer le passage entre les deux niveaux d’eau. Les ingénieurs optèrent pour le plan incliné par souci d’économie. Le chantier durera six ans, sur les 1432 mètres du plan incliné dont le mécanisme est relativement simple : le transbordement des bateaux dans des bacs mobiles qui montent ou dévalent la pente de 5% à l’aide de treuils et poulies ! On peut admirer ce chef-d’œuvre technologique du haut d’une tour panoramique de 125 m.
Un autre ouvrage s’avérait nécessaire à quelques lieues de Ronquières, à Thieu où le canal artificiel du Centre devait franchir un dénivelé de près de 100 m pour rejoindre l’Escaut. Les travaux du plus grand ascenseur à bateaux existant au monde débutèrent en 1982. Il fut inauguré en 2002. Ce « montre » de technologie, reposant, lui aussi, sur le principe très simple, des ascenseurs domestiques (que vous empruntez, peut-être, chaque jour !) est stratégiquement très important au niveau des voies navigables Européennes car il fait le lien entre les bassins Belges, le bassin du Rhin et la région de Dunkerque.
A noter que les dénivellations qui occasionnèrent l’édification de ces fantastiques ouvrages, reconnus fort justement au niveau du Patrimoine mondial de l’UNESCO, sont sans doute dues aux caractéristiques sismiques propres à la région et à la faille minière qui remonte vers Charleroi, Liège et l’Allemagne.
Pour les passionnés de Généalogie, ils découvriront également, au plan incliné de Ronquières, un parcours spectacle remarquable qui plonge le visiteur dans le quotidien du batelier avec des décors, automates et techniques audiovisuelles modernes.
Vous pouvez d’ailleurs retrouver l’univers fascinant des bateliers dans notre revue « La vie du Club » du n°6 (Septembre 2004) au n°30 (Février 2008) ou dans l’excellent livre de Bernard Le Sueur « Batelleries et Bateliers de France » aux éditions Horvath. Bernard Le Sueur avait écrit cet ouvrage quelques mois après son mariage avec la petite fille d’un marinier du Nord qui naviguait sur la péniche « Je sers ». Vous pouvez également retrouver de nombreuses généalogies de bateliers auprès de l’Association Généalogique Flandre-Hainaut, club partenaire du CGA, en contactant agfh59@free.fr
Trois ouvrages remarquables à visiter absolument. Contactez l’ASBL Hainaut Tourisme – voies d’eau du Hainaut 31, rue des Clercs – B 7000 MONS – E-mail : info.voiesdeau@hainaut.be
En attendant, suivez-nous grâce à la vidéo (en PJ) – possibilité de lecture avec Windows Media Player (défaut)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire